RÉUNIONS EN LIGNE : LES CONSEILLES DES PROFESSIONNELS DE L’IMAGE DE RENNER ITALIA

 

Depuis quelque jour, la pandémie nous a obligés à rester loin de nos amis, de nos collègues et de notre famille. La technologie, plus que jamais, vient à notre secours. Les réseaux sociaux et surtout les plateformes de réunion en ligne se révèlent des outils indispensables pour réduire les distances. Il y a de nombreuses applications qui jouent ce rôle social fondamental : WhatsApp, Facebook, Skype, Houseparty et Zoom en sont que quelques-unes.

Dans le monde de l’éloignement social qui se révèle de plus en plus intelligent et hyper connecté, quelle image de nous donner à la webcam ?

Nous avons posé cette question aux photojournalistes, vidéastes et réalisateurs qui travaillent avec et pour Renner depuis des années.

FRANCESCO BELLINA: VIVE LE MINIMALISME

Parmi les photojournalistes internationaux les plus influents, à l’âge de trente ans, Francesco Bellina a été signalé deux fois par la World Press Photo Joop Swart Masterclass. Ses photographies sont publiées quotidiennement dans les journaux, tels que The Guardian, Wall Street Journal, Le Monde, BuzzFeed, L’Espresso, Internazionale et The New York Times. Il est sensible à la question des migrants, pour cela il voyage souvent en Afrique pour documenter la traite des êtres humains et des esclaves sexuelles. Parmi tous ses reportages, il vit à Palerme. En 2017, dans un voyage très rare dans le nord de l’Italie, il est allé chez Renner, pour documenter la naissance des vernis éthiques.

 

M. Bellina, comment vivez-vous les jours de la pandémie ?

Je continue de travailler, en limitant évidemment les sorties au minimum et en portant tous les équipements de protection individuelle. Aussi pendant cette période en particulier, je me concentre sur les questions que je prends à cœur : les droits de l’homme, les travailleurs, les soins des plus faibles. J’ai récemment visité les villages de toile des migrants et l’hôpital Covid-19 à Catane.

 

Francesco Bellina

 

Ceux qui peuvent restent chez eux et utilisent les appels vidéo. Un conseil professionnel ?

Je serai pris pour acquis. Tout d’abord, vérifiez que la caméra est propre. Très souvent, nous nous retrouvons à régler la lumière pendant des heures à partir du smartphone, en vain. En réalité, vérifiez simplement qu’il n’y a pas de poussière, d’humidité et de halos sur l’objectif.

Deuxièmement, si vous êtes en réunion de travail, ne mettez jamais des lieux ou des salles hors de contrôle derrière vous. Il n’est pas joli d’observer le passage des membres de votre famille et des animaux de compagnie, peut-être qui ont des comportements qui ne sont pas tout à fait professionnels.

Question arrière-plan. Bibliothèque, mur blanc ou quoi ?

J’aime les arrière-plans homogènes, bien que colorés, mais cohérents. Je recommande d’éviter les arrière-plans avec n’importe quoi ou avec un détail qui attire l’attention de l’interlocuteur, en le distrayant. Oui aux bibliothèques ordonnées, non aux collages de tableaux tordus. Pour mes appels vidéo, j’utilise une source de lumière à 45 degrés (fenêtre ou ampoule), en arrière-plan un mur blanc. Moins c’est plus.

@francescobellina

 

 

ANDREA PEDNA : LA LUMIÈRE POUR LES ÉMOTIONS

Professionnel et réalisateur, Andrea est professeur de vidéo numérique à l’ISIA de Faenza. Au cours de la dernière année, il a supervisé le projet international de théâtre de rue Mauerspringer. Pour Renner, il a organisé (entre autres) en 2011 le projet World Wide et les tutoriels de la gamme Prestige de Rio Verde.

M. Pedna, comment profitez-vous de la technologie d’appel vidéo professionnelle ?

Ces jours-là, je fais des cours en ligne et très souvent il y a des étudiants qui tournent le dos à la fenêtre. Je vais à contre-courant : il n’y rien de plus erroné ! La webcam a un contrôle automatique du diaphragme, donc l’interlocuteur à contre-jour apparaît presque comme un demi-dieu enveloppé dans sa pénombre de magnificence. Le visage caché dans l’ombre contient en lui-même le signal implicite de ne pas s’ouvrir et de ne pas écouter.

 

Andrea Pedna

 

Ou peut-être que c’est juste de la timidité. Parfois, vous voyez également le visage de l’interlocuteur couvert de taches blanches. 

Lorsque la lumière est trop forte sur le visage, il y a des zones “brûlées”, à cause d’une surexposition. Les webcams ne rendent pas l’image floue, il faut donc utiliser correctement les lumières de nos chambres. Tout d’abord, la lumière frontale ne doit pas être trop lumineuse, tandis que l’arrière-plan doit être moins éclairé. De cette façon, la webcam encadre mieux le visage, mis en évidence par un fond sombre. Malheureusement, les gens n’y pensent pas, mais la lumière communique différentes émotions. S’il s’agit d’une lumière chaude et douce, l’interlocuteur percevra la chaleur de notre appel vidéo. Dans le cas de néons très puissants, l’effet que nous donnerons sera désarmant, ne produisant ainsi pas le désir de poursuivre la conversation avec nous.

 

Dans un appel vidéo banal, donc, non seulement nos mots passent, mais aussi d’autres messages implicites.

Bien sûr. Vous ne devez jamais sous-estimer le cadrage, car il transmet des émotions. Et l’appel vidéo lui-même représente également notre humeur actuelle.

Je recommande fortement de ne pas passer d’appels vidéo avec le fond près de derrière nous : un mur ou une librairie près de nos épaules, transmettent le même malaise que le grand metteur en scène Murnau voulait représenter avec son Frankenstein. En ce moment, les gens n’ont certainement pas besoin de s’inquiéter. Pour cela, il est préférable d’avoir le fond à au moins deux mètres.

@andreapedna

 

 

RODOLFO GIULIANI : ÉVITER LE MAL DE MER

Photographe professionnel, il vit et travaille à Bologne. Il travaille depuis 15 ans avec La Repubblica, Il Resto del Carlino, L’Espresso, Panorama. Il se concentre actuellement sur la communication des grandes entreprises. Il s’est toujours occupé de la documentation des événements pour Renner.

 

M. Giuliani, il est mieux de démarrer la caméra devant une fenêtre ou une lampe ?

Lumière naturelle. Il est toujours mieux d’être devant une fenêtre. Les autres sources de lumière artificielle peuvent donner différentes nuances à notre visage : nous pouvons passer du jaune dû aux lampes de table aux nuances vertes causées par le néon. Évidemment, il est possible d’équilibrer la couleur sur le smartphone, mais vraiment, qui s’en soucie ? Au cas où vous ne pouvez pas vous passer de la lumière artificielle, il est conseillé de placer la lampe de table en position frontale et légèrement vers le haut, pour éviter des ombres désagréables.

 

Rodolfo Giuliani

 

D’autres conseils ?

Tout d’abord, posez le téléphone sur un support stable pour que l’image soit immobile : évitez de le tenir dans la main, en causant le mal de mer à l’interlocuteur.

Mon conseil est également de garder le téléphone horizontalement pour un cadre 16 : 9. Le meilleur format. Évitez les bibliothèques ou les étagères pleines de classeurs en désordre ou monotones. Il est également préférable d’apparaître toujours en buste, sans exagérer avec des plans trop larges.

@giulianirodolfo

 

 

DANIELE AMENDOLA : L’ARRIÈRE-PLAN PARLE DE NOUS

Cinéaste pour les grandes entreprises, allant de l’automobile à l’enregistrement, de la pharmaceutique à la distillation. Pour Renner, il a suivi des projets tels que Color Tunes et le spot Pure.

 

M. Amendola, qu’est-ce que les peuples des caméras ont en commun à l’époque du Covid-19 ?

Quel que soit le contexte, qu’il soit professionnel ou informel, les gens ont tendance à toujours choisir un arrière-plan qui représente leurs valeurs et leurs intérêts. Si sur la webcam on rencontre un footballeur, par exemple, derrière lui on verra les prix gagnés au cours de sa carrière ; un photographe aura son équipement de travail, tandis qu’un ingénieur aura une librairie avec des revues spécialisées et son ordinateur à l’intérieur du cadrage. L’arrière-plan que nous voyons contextualise le sujet.

 

Pouvez-vous nous dire quelques astuces du métier ?

Si vous parlez à des personnes pour lesquelles vous voulez vous donner un genre, il faut garder le téléphone ou la webcam incliné du bas en haut. Au lieu de cela, si vous avez une conversation avec des amis ou des personnes que vous connaissez assez bien, évitez les hero-shots, c’est-à-dire les cadrages d’en bas. Il est préférable de placer le smartphone au centre sur un support, dans une pièce pleine de lumière provenant de fenêtres ou de lucarnes.

 

Daniele Amendola

 

Les youtubeurs et les blogueurs utilisent l’appareil photo pour capturer les likes et les followers. Comment font-ils ? 

Les premiers utilisent une caméra fixe avec un faisceau de lumière, pour être éclairés directement (et cacher les imperfections ou les rides, comme dans le cas des tournages télévisés).

Ces derniers utilisent en revanche toujours deux caméras pour se filmer afin de ne pas donner trop de continuité et de ne pas ennuyer ceux qui les suivent.

@daniele_amendola

 

 

MASSIMO PAOLONE : PAS DE RADIATEUR

Photojournaliste spécialisé dans les événements sportifs, tels que le cyclisme et le football de Serie A (la ligue la plus importante du championnat italien) pour l’agence LaPresse. Il est né à Pescara, il vit à Bologne, mais il travaille en Italie et dans le monde, en enrichissant avec ses photos des presses journalistiques, telles que La Repubblica, La Gazzetta dello Sport, Corriere della Sera, Corriere dello Sport et Sportweek . Pour Renner, il s’occupe des événements d’entreprise avec

 

M. Paolone, comment vivez-vous cette urgence ?

Au départ, j’étais coincé aux Émirats Arabes Unis, alors que je documentais le UAE Tour (cyclisme, ndc). Le voyage de retour était un cauchemar. De retour en Italie, je me suis consacré à représenter la situation d’urgence, même si je vois beaucoup de scepticisme pour un photographe qui parcourt les villes. Une photo à moi représentant Bologne déserte a été publiée dans The Guardian, étant donné qu’à l’étranger ils se concentrent beaucoup sur la situation italienne.

 

Dans l’ère des conférences Web, quelle est une erreur qui recourt souvent ?

Le syndrome du mur vide. Souvent nous sommes complètement hors du cadrage. L’interlocuteur qui voit un mur vide ou, pire, le radiateur, a hâte de s’éloigner. Très souvent, les narcissiques ne font rien d’autre que se regarder. Mais la webcam n’est pas un miroir, et ceux de l’autre côté ne l’aiment pas.

 

Massimo Paolone

 

Vos suggestions ?

Cherchez le contact visuel avec les interlocuteurs et gardez le silence de fond.

@massimo.paolone